3

Exploration urbaine – La clinique fantôme des Landes

Une clinique abandonnée ou un ancien hôpital à l’abandon, c’est toujours sympa à visiter. J’ai eu la chance pour cette session d’urbex de visiter une clinique abandonnée dans les Landes.

Sa fermeture assez récente a permis de visiter les lieux qui ne sont pas encore trop délabrés, et encore branchés à l’électricité. Cerise sur le gâteau, pas besoin de forcer une quelconque porte ou fenêtre pour rentrer. Un cabinet de radiologie attenant à cette clinique était encore en activité au moment de ma visite et communiquait directement avec ses locaux.

Depuis, ces locaux sont en cours de réhabilitation et le site a été entièrement mis sous alarme par une société de surveillance.

Commençons la visite…

L’extérieur

À l’extérieur, le parking est déserté et la végétation a commencé à reprendre ses droits. Les différents équipements commencent à subir les vandalisations en tout genre, et certaines parties donnant accès au sous-sol, bien que condamnées, sont déjà squattées.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Le rez-de-chaussée

L’accès peut se faire par le sous-sol, ou directement par l’ancienne entrée de service au rez-de-chaussée. Ce qui fut le hall d’accueil est vide et lugubre. Un bureau, une chaise, un vieux présentoir et une horloge où le temps s’est figé constituent le décor.

La visite peut commencer par les couloirs de la clinique où se trouvaient les deux blocs opératoires, complètement vides aujourd’hui. Des bureaux médecin vides, des espaces d’accueil désertés, et des salles de consultations abandonnées donnent un avant goût de la visite.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Au 1er étage

Au premier étage, de longs couloirs, des chambres vides, des salles réservées au personnel soignant où trainent encore cathéters, gazes médicales et masques chirurgicaux.

Une petite particularité à cet étage, on y trouve une chapelle. Une pièce moins aseptisée que le reste des locaux, avec un plancher bois, où les malades et leurs proches pouvaient pratiquer leur culte. Peut-être était-ce aussi un lieu de recueillement pour les familles après le décès d’un patient dans la clinique. On y trouve ce qu’il reste de l’autel, quelques missels abandonnés, et ce qui semble être un paravent confessionnal.

Le reste de l’étage est une succession de salles et de couloirs, où le matériel et les documents laissés sur place jonchent le sol.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Au 2ème étage

Le second étage ressemble fortement au premier, de longs couloirs, des chambres vides, du matériel médical abandonné encombrent les pièces et les couloirs.

À cet étage, j’ai adoré le poste de soins. Abandonné comme le reste de la clinique, il y a une infiltration d’eau venant du plafond qui a eu raison des dalles des faux plafonds. Ces dernières ont fini par tomber, et l’eau a continué à s’infiltrer dans cette pièce, permettant le développement d’une mousse luxuriantes sur le bureau et le sol. Ce spectacle donne à cet endroit l’aspect typique des lieux d’urbex que les pratiquants connaissent si bien.

Sachant que cette clinique n’est plus en service depuis environ 3 ans, il est impressionnant de constater la dégradation des bâtiments non entretenus, et la vitesse à laquelle la nature reprend ses droits.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Dans les combles

Paradoxalement, le niveau le plus sain de cette clinique est celui des combles. Pas de doutes qu’ils avaient été refait peu de temps avant sa fermeture définitive. Pas une trace d’humidité, d’infiltration ou autre.

Cet endroits servait visiblement de lieu de stockage pour les archives de la clinique, des étiquettes fixées sur les poutres indiquaient un classement par année d’activité.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Et pour finir, le sous-sol

Le sous-sol est, comme souvent, le niveau le plus austère du bâtiment. Mal éclairé, une grosse fuite d’eau sur une canalisation inonde une partie des couloirs.

À ce niveau se trouvaient les vestiaires des employés, des salles de repos (et de repas), le système de chauffage qui semble encore en très bon état, et les accès de livraison. Ici aussi trainent des blouses blanches, des crocs, et quelques affaires personnelles que les employés n’ont pas jugé bon d’emporter avec eux lors de leur départ.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Voilà, la visite est finie.

Un projet de réhabilitation de cette clinique en maison de retraite haut de gamme est en cours. J’ai eu de la chance de pouvoir visiter ce site avant sa seconde vie.

3 commentaires

  1. Te temps file vite…
    La dernière fois que j’y suis allée, c’était a la liquidation judiciaire^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *