0

Heugas – L’école en 1911 et aujourd’hui

En France, il fut un temps où les filles et les garçons étaient dans des écoles séparées. Pour ce premier shooting  à Heugas, j’ai choisi de retrouver l’école des garçons telle qu’elle était avant, en 1911.

Heugas - L'école en 1911Heugas - L'école en 2020

 Bougez le curseur

La physionomie du village a changé à partir de la fin du XIXème siècle puis radicalement au XXème. Jusqu’en 1936, le centre du village se situait près de l’église. Sur la place, Il y avait la mairie aujourd’hui disparue. Venant de Dax, on y arrivait par la route de « Portet ».

En 1880, l’école des filles fut construite à son emplacement actuel. L’école des garçons (celle sur la photo), est demeurée en bas et se composait d’un bâtiment (encore existant) et d’un préau ( le porche de l’entrée du cimetière actuel).

En 1936, le bourg migre vers l’emplacement actuel et le village prend la physionomie que nous lui connaissons aujourd’hui. Une école des garçons est élevée près de l’école des filles, une nouvelle mairie est construite. (source).

L’ancienne école des garçons a été rachetée par un artisan maçon qui s’en servait de hangar pour son matériel. On peut voir les changements qu’il a opéré en comparant les 2 photos avant-après. Les façades des 2 bâtiments ont été réunis en une seule, le bâtiment de droite à l’origine plus petit a été rehaussé, et une unique toiture couvre désormais le tout.

Cet artisan étant aujourd’hui décédé, il semble que ce bâtiment ne soit plus utilisé.

En attendant sa réhabilitation, faisons revenir les enfants de 1911 afin qu’ils nous parlent de leur école.

Cliquez sur la photo pour remonter le temps

0

Dax – Pont du Sablar en 1906 et aujourd’hui

Le pont du Sablar, plus communément appelé « le vieux pont », est celui qui relie le centre ville de Dax, de la place Thiers vers l’avenue Saint-Vincent de Paul, au quartier du Sablar. J’avais d’ailleurs fait une photo « avant et maintenant » de cette avenue depuis ce pont.

Dax - Pont du Sablar en 1906Dax - Pont du Sablar en 2020

 Bougez le curseur

Le pont du Sablar a une longue histoire. À l’origine en bois et construit par les Romains durant l’antiquité, sa structure et son emplacement même ont changé pour s’adapter aux divers aléas qu’il a subit aux fils de siècles.

En 1770, il disparait dans la crue du 6 avril (6,80m) après avoir perdu deux arches lors des crues antérieures en 1767 et 1768. Reconstruit en 1773, toujours en bois, il est renové en 1791 pour palier à son état de délabrement. Il disparait à nouveau vers 1810-1820, et est reconstruit en 1822 en bois de chêne. Ce nouveau pont n’aura pas duré bien longtemps, il est détruit par un incendie le 20 juillet 1822, à la veille de son inauguration. Il est reconstruit à nouveau en 1823.

C’est ce pont vétuste et dangereux que Victor Hugo a traversé, en faisant le voyage de Bordeaux à Bayonne, en passant par Dax. Il a d’ailleurs conté cette anecdote dans ses écrits.

C’est pour palier à cette vétusté que le pont en pierre actuel a été érigé de 1858. Cette fois-ci semble la bonne, car hormis l’environnement, le pont en lui-même n’a guère changé. Nos deux promeneurs contemporains n’ont d’ailleurs pas l’air d’avoir remarqué un quelconque changement.

Cliquez sur la photo pour remonter le temps

Lors de la sécheresse de 1990, le pont de 1822 (celui qui a brûlé), est ressurgi du passé. La baisse du niveau des eaux de l’Adour a permis de voir ce qu’il reste de ses piles.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire des ponts de Dax, je vous recommande la visite de ce site, fort intéressant et documenté.

0

Exploration urbaine – La clinique fantôme des Landes

Une clinique abandonnée ou un ancien hôpital à l’abandon, c’est toujours sympa à visiter. J’ai eu la chance pour cette session d’urbex de visiter une clinique abandonnée dans les Landes.

Sa fermeture assez récente (2016) a permis de visiter les lieux qui ne sont pas encore trop délabrés, et encore branchés à l’électricité. Cerise sur le gâteau, pas besoin de forcer une quelconque porte ou fenêtre pour rentrer. Un cabinet de radiologie attenant à cette clinique est encore en activité et communique directement avec ses locaux.

Commençons la visite…
Continuer la lecture

0

Pouillon – La Gare en 1919 et aujourd’hui

Difficile d’imaginer qu’autrefois, il y avait une gare à Pouillon… Et pourtant !

Pouillon - Gare en 1919Pouillon - Gare en 2020

 Bougez le curseur

Les anciens se souviennent encore de ce petit train très usité depuis sa mise en circulation le 13 juillet 1914. La gare accueillait le tramway qui faisait la navette entre Peyrehorade et Dax, passant par les arrêts de Cagnotte, Gaas, Pouillon ainsi que les arrêts facultatifs et parcourant une distance de 31,157 km à une vitesse de 25 km/ heure.

On pouvait le voir passer non loin du lac de Luc avant de s’engager dans l’avenue du Pas de Vent,

Traversant ainsi le centre du bourg et rejoignant la gare où la locomotive à vapeur se ravitaillait en eau, grâce au réservoir situé sur la tour, avant de repartir par la route de Mimbaste et de continuer son chemin par Bidas,  Monpeyroux,  Bénesse et Saint-Pandelon.

Le tramway servait aussi au transport de marchandises diverses, allant des matériaux de construction aux animaux

Le progrès (l’arrivée des autobus) eut raison du petit train qui mit fin à sa course le 14 juillet 1935 pour les voyageurs et le 1er décembre 1937 pour le transport des marchandises. (source)

La gare d’antan est toujours présente à Pouillon, ses locaux ont abrité la crèche durant plusieurs années. Cette dernière a récemment déménagé vers de locaux neufs, la gare est à ce jour de nouveau vide. Pour le moment, aucune idée de ce qu’elle va devenir dans le futur. Espérons juste que la mairie conservera ce petit bout de patrimoine.

En attendant que cette gare revive, essayons de lui rendre son animation d’antan !

Cliquez sur la photo pour remonter le temps

On trouve facilement quelques photos de cette ancienne gare, ainsi que des photos du bourg de Pouillon où les rails du Tram sont visibles.

Les voyages en Tram pouvaient réserver quelques frayeurs, comme ici lors d’un déraillement à la sortie de Pouillon.

0

Luxey – La grande rue début 1900 et aujourd’hui

Il semble que la Grande Rue à Luxey était beaucoup plus animées au début du siècle dernier qu’aujourd’hui.

Luxey - Grande Rue début 1900Luxey - Grande Rue décembre 2019

 Bougez le curseur

Sur le côté gauche on peut très bien distinguer un café-hôtel qui occupait tout le bâtiment, avec très certainement les chambres à l’étage. Dans le prolongement, on distingue parfaitement un commerce, voir deux. Aujourd’hui dans ce bâtiment, il subsiste un coiffeur et un petit restaurant. Sur le côté droit, l’enseigne indique un garage. De nos jours, il n’y a plus aucun commerce de ce côté de la rue.

Au fond à gauche, une fois la rue traversée, on distingue aussi la porte d’un autre commerce. Le bâtiment qui l’abritait a été détruit il y a peu afin d’élargir ce virage en angle droit dans ce centre-bourg. Il a fait place aujourd’hui à un mini square.

Aujourd’hui, cette « grande rue » a finalement très peu changé, si ce n’est qu’elle est beaucoup moins animées qu’elle ne pouvait l’être à l’époque. On ne peut que tenter de faire revivre un peu cet endroit en ramenant virtuellement les habitants d’antan.

Cliquez sur la photo pour remonter le temps

Passons maintenant à une photo de cette même rue, mais prise depuis l’autre extrémité. Là encore, nous pouvons constater que ce n’étaient pas les commerces qui manquaient. Au moins un commerce sur le côté droit de cette photo. Côté gauche, au moins deux façades de boutiques. Au premier coup d’œil, on pourrait croire que ces deux anciennes façades (en bleu) sont les mêmes que celles sur la photo d’avant. Mais lorsqu’on y regarde de plus près, on constate que tout le bâtiment a été remodelé au fil des décennies.

Luxey - Grande rue en 1901Luxey - Grande rue en 2019

 Bougez le curseur

Sur la photo d’avant, les deux commerces sont très rapprochés, et deux fenêtres au rez-de-chaussée terminent le bâtiment. À l’étage, il y a cinq fenêtres. Sur la photo contemporaine, les deux commerces aujourd’hui fermés sont espacés au point d’occuper tout le rez-de-chaussée et il n’y a que quatre fenêtres à l’étage.

Quoi qu’il en soit, Luxey fut comme de nombreux village à l’époque, doté de tous les commerces de proximité dont pouvaient avoir besoin ses habitants. La désertification des villages et le déplacement des populations vers les grandes agglomérations auront eu raison de l’animation qui devait régner à l’époque.

Bien évidemment, il n’y avait aucune voiture dans ces rues au début du siècle, et l’on ne peut qu’imaginer l’étonnement des habitants de l’époque voyant passer un de nos bolides contemporains.

Cliquez sur la photo pour remonter le temps

Luxey n’aura toutefois pas tout perdu de son animation. Tous les ans, le festival Musicalarue attire environ 40 000 festivaliers venus de toute la France.

D’autres photos avant-après de Luxey ici.